Coup de cœur pour Suzanne aux oiseaux de Marie Tibi par Nicole Verdun

Coup de cœur pour Suzanne aux oiseaux de Marie Tibi par Nicole Verdun

Première double page, présentation : “Comme toutes les semaines, une frêle silhouette traverse le jardin public. C’est une petite vieille dame vêtue d’un manteau noir, d’un châle tricoté et de bottines à boutons. C’est Suzanne. Il y a bien longtemps que Suzanne est seule. Son mari est mort à la guerre. Il était militaire.”

Si on regarde les illustrations, on voit que c’est la belle saison, tous les personnages portent des vêtements à manches courtes, sauf Suzanne. La page suivante nous offre un plan plus resserré, le même pratiquement que celui de la couverture. Suzanne place un mouchoir de dentelle sur le banc sur lequel elle s’assied, comme tous les jeudis, pour éviter de salir son manteau et sort de son sac de vieille dame des graines pour les oiseaux. Et puis elle parle aux oiseaux, leur raconte son mari, la ville blanche qu’ils habitaient dans cet autre pays chaud avec des dunes et des gâteaux au goût de miel. Et voilà qu’un jeudi, “un jeune homme mal rasé, mal fagoté” est allongé justement sur son banc à elle. Elle lui tape doucement sur l’épaule et lui demande une place sur le banc. En se réveillant le jeune homme nous fait partager sa vision de Suzanne : un doux visage penché vers lui, elle sent la lavande, elle a des rides aux coins des yeux et elle lui sourit.

Et c’est au jeune homme que Suzanne raconte sa vie ce jour là, et Nadim l’écoute, ne comprend pas tout, parle de son pays qu’il a fui à cause de la guerre, de son espérance d’avoir une bonne vie ici… Dans le parc, la vie tranquille se déroule, une dame enceinte lit sur une couverture à côté d’un enfant qui joue aux cubes, un garçon fait du jogging… Chaque jeudi, Nadim et Suzanne se retrouvent, elle lui apprend des mots nouveaux… On est en automne, les feuilles tourbillonnent. Un jeudi, Suzanne offre à Nadim une petite bague qui brille, le priant d’en faire bon usage. Ce sera leur dernière rencontre, Suzanne est ensuite partie pour toujours. Il reste à Nadim les mots de son amie et la bague. Dernière double page : le printemps est de retour, la dame enceinte porte maintenant son bébé contre sa poitrine, des canetons suivent leur mère sur le lac. Avec la bague, Nadim a pu acheter et installer une petite roulotte qu’il a nommé “Suzanne aux oiseaux”. Près de l’endroit cher à Suzanne, il vend des gâteaux au goût de miel aux visiteurs du parc.

Une histoire touchante : Marie Tibi raconte à demi-mot que la guerre a dérobé à chacun une partie de son existence, à l’une son mari, à l’autre son pays, les laissant abandonnés à leur solitude mais pas désespérés. Jamais, ni les conflits, ni les pays ne sont nommés, mais on pense à des pays du bassin méditerranéen. Ces deux personnages un peu dans l’errance se rencontrent, et Suzanne, en fin de vie, va permettre au jeune homme de construire la sienne grâce à la bague qu’elle lui offre. L’objet est hautement symbolique du lien tissé entre eux.

Le texte est précis, utilise des mots simples, il crée une atmosphère sereine. Le temps passe, les saisons se succèdent, d’une semaine à l’autre la vie se déroule, une vieille dame disparaît, un bébé naît…

Les illustrations de Célina Guiné cadrent le même endroit du parc, mais en plan large, plan serré, plongée, selon l’effet souhaité.

Une écriture sensible et une fraicheur dans les illustrations qui en font un album qui s’adresse aussi bien à des enfants qu’à des adultes.

Suzanne aux oiseaux, de Marie Tibi et Céline Guiné, éditions Le grand jardin, 2017